RAPPROCHEMENT MALAKOFF-MÉDÉRIC / HUMANIS

Frétillants d’impatience, sans attendre la décision prise le 13 juin, certaines Organisations Syndicales de salariés clament haut et fort leur attachement à accompagner les orientations voulues par les organisations syndicales patronales, avec ce seul argument :

« Pour sauver le soldat HUMANIS, nous n’avons d’autres choix que celui de grossir ! »

 

Pourtant à la lecture du projet de rapprochement, il y a surtout des raisons de s’inquiéter devant cette énième fusion qu’on nous présente une fois encore comme LA solution miracle à la panade dans laquelle viennent de nous mettre les « penseurs » stratèges D’HUMANIS en grand.

Un projet de rapprochement qui fait état de diminution drastique des frais de fonctionnement (en personnel essentiellement) d’Humanis et Médéric Malakoff.

Un projet de rapprochement avec pour conséquences immédiates le non remplacement des départs, le gel des nouvelles embauches et un moindre recours aux CDD.

Un projet de rapprochement sans visibilité et flou sur des mesures de « flexibilités sociales » : mobilités forcés ? plan de départ ? Ruptures conventionnelles  ? Fermetures de sites ?  Spécialisation ?, etc……

Un projet de rapprochement qui fait état d’une relance de l’activité commerciale selon une stratégie agressive :

AVEC MOINS DE MOYENS ET MOINS DE PERSONNEL !

 

Un rapprochement ou demain, chaque salarié, service ou site sera potentiellement une variable d’ajustement pour parvenir à la réduction des coûts escomptée !

Pour le Personnel, après 5 années d’efforts quotidiens, devoir subir un rapprochement forcé pour « une question de survie » est un constat très amer. C’est le dépit qui règne dans les services (démissions, mobilités obligées suite aux suppressions d’activités, absentéisme, austérité salariale, absence de reconnaissance,.. ) : le découragement est partout.

Et « on » ose demander aux salariés de « rebondir » !

Le « on », ce sont ceux qui sont grassement rémunérés pour diriger l’entreprise et qui sont en train de la liquider sans la moindre excuse vis-à-vis de celles et ceux la font vivre :
Les salariés du groupe Humanis.

 

Pour peser dans les décisions, pour que votre avis compte :
Syndiquez-vous ! Rejoignez la CGT !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *